Banniere
Les primates de Niederhausbergen
 
Niederhausbergen

Pourquoi cette alerte :

Le SILABE (Simian Laboratory Europe) de Niederhausbergen, filiale autonome de l’Université de Strasbourg, a déposé un dossier pour un projet d’ouverture/extension d’un élevage de primates, qui doit passer de 800 à 1600 singes. L’arrêté Préfectoral d’autorisation a été signé le 4 juillet 2014. Une petite partie de ces primates servent à l’éthologie et les autres destinés à l’expérimentation animale sont encagés dans les sous-sols du Fort et revendus à des laboratoires pharmaceutiques de l’Union Européenne pour environ 5000€ le spécimen. Tous proviennent de fermes asiatiques et mauriciennes. Selon la directrice du centre, Madame Fanélie Wanert, l’activité commerciale serait indispensable pour pouvoir maintenir la recherche éthologique.

Le Comité scientifique Pro Anima s’oppose à cette extension et demande également la fermeture de l’unité déjà existante.



Voici pourquoi :

Les raisons scientifiques :
Lors de différentes interviews, la directrice a révélé aux journalistes que les primates étaient utilisés pour la recherche sur les maladies neuro­dégénératives et les maladies infectieuses, or on ne connait pas de singe spontanément Parkinsonien. On peut le rendre tremblant en détruisant chimiquement des cellules de son cerveau, mais ce modèle ne nous apprend rien sur la cause de la maladie chez l'homme, ni sur le traitement, car les cellules détruites le sont irrémédiablement. En ce qui concerne les maladies infectieuses, le primate ne contracte ni le SIDA sous sa forme humaine, ni l'hépatite B dans sa forme aigüe ou chronique.
Pour Alzheimer les technologies novatrices : caméras à positrons, imagerie de résonance magnétique, non invasives… permettent de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau humain. 
En outre, 99 % des médicaments approuvés après la phase d'expérimentation animale sont en échec lors des essais cliniques, sur l'espèce concernée, l'humain, pour la période 2002­-2012. Cette étude émane du centre Alzheimer's research and therapy. Un chiffre notoirement bas comparé aux chiffres cancer et (déjà énorme) 81% d'échec dans la même configuration. Selon le Docteur Bernard Dalbergue, ancien collaborateur du laboratoire Merck, l’usage des médicaments est le premier et le plus important facteur de mortalité. D’ailleurs, en France, les effets secondaires des médicaments ont provoqué 140 000  hospitalisations et 13 000 décès avérés en 2013 (selon les informations données par l’Assurance Maladie). De plus, en 1997 le Ministère de la Recherche avait déjà rejeté un projet d’ouverture d’une structure identique et des mêmes requérants à Holtzheim (Bas Rhin), au motif que l’animal n’est pas un bon modèle pour l’homme.



Les raisons éthiques :
Rien ne justifie d’infliger de telles souffrances à ces animaux.


Les raisons législatives :
Cette ouverture/extension est en contradiction avec la règle des 3 R (Réduction, Raffinement, Remplacement) confirmée par la Directive Européenne 2010/63/EU relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques.



Les raisons écologiques :
Les primates Lémuridés ainsi que la nouvelle famille introduite, les Callithircidés appartiennent à l’annexe I (CITES) et A (CE) et sont des espèces en voie de disparition.
L’élevage se situe tout près d’une zone de captage d’eau, ce qui peut entrainer un risque important de pollution de la nappe phréatique par les traitements vétérinaires, les matières fécales, les cadavres d’animaux ....
A cause de la diffusion de nouveaux virus : en 2008, quatorze macaques du Centre, porteurs de l’herpès B, mortel pour l’homme, ont dû être euthanasiés.
Un accident similaire vient de se produire début mars 2015 avec le Bacille de Whithmore en Louisiane aux USA



Les raisons économiques :
On dilapide l’argent de nos impôts et c’est dans le développement des méthodes alternatives issues des progrès de la science qu’il faut mettre tous les moyens mobilisables. Toutes ces préoccupations ont d’ailleurs fait l’objet d’une Initiative Citoyenne Européenne : "STOP Vivisection" qui a recueilli plus de 1,2 millions de signatures.


Les actions de Pro Anima :
Le comité scientifique Pro Anima est parvenu à médiatiser son opposition :

- Sur l'Obs.
- Le Plus, le 26 novembre 2014, dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, le 10 janvier,  dans l'Ami Hebdo, le 25 janvier, sur Rue 89 Strasbourg, le 2 février et dans l’Alsace, le 10 février 2015, sur les sites Internet de 30 Millions d’Amis, du Journal de l’Environnement, de Planète Animaux etc...
- Laurence Abeille (EELV) et Arlette Grosskost (UMP), députées, ont posé une question écrite au gouvernement.
- Geneviève Gaillard (PS), députée, présidente du groupe d’études “protection des animaux” de l’Assemblée nationale et vétérinaire a rédigé un courrier envoyé à plusieurs ministères (Agriculture, Santé, Écologie, Recherche) et a demandé la tenue d’une réunion interministérielle d'arbitrage sur le bien-fondé de l'ouverture et l'extension de ce centre.
- L’eurodéputée Dominique Bilde a présenté une proposition de résolution au Parlement Européen.

Des courriers ont été adressés au SILABE, au Préfet ainsi qu'aux ministères de l'Agriculture, de la Recherche et de l'Écologie,et des communiqués de presse aux médias, aux élus…
Le dossier a été confié à une avocate spécialisée en Droit Public et Droit de l’Environnement.
Une pétition (en langue française, allemande et anglaise) à l’attention de Monsieur le Préfet a déjà recueilli plus de 55 000 signatures et les réseaux sociaux sont activés. Des "manifestations de Rue" sont prévues.



Ils s’engagent à nos cotés :
La Société Nationale du Droit des Animaux (SNDA) la Ligue Suisse contre la Vivisection, 30 Millions d’Amis, Animalsace, Animaux Secours…


Comment agir ? :
Signez et faîtes signer les cartes pétitions ci jointes et adressez les aux différents ministères. Faîtes un don déductible à 66% de vos impôts (Reçu fiscal par retour).
Comité Scientifique Pro Anima, 10 rue de Romanswiller, 67200 Strasbourg Pro.anima67@orange.fr - tél 03 88 26 18 49
Comité Scientifique Pro Anima 84 rue Blanche 75009
Pariscontact@proanima.fr - tél 01 45 63 10 89
www.proanima.fr
www.ethicscience.org
.

 
Cartes pétition : pour les Ministères de l’Agriculture, de la Recherche, de l’Ecologie, de la Santé :


Madame, Monsieur,

Je, soussigné(e), refuse l’ouverture/extension d’un élevage de 1 600 primates du SILABE (Simian Laboratory Europe) destinés à l’expérimentation animale, situé au Fort Foch de Niederhausbergen (près de Strasbourg) et demande la fermeture du centre de primatologie déjà existant.

Voici pourquoi :

* Cette ouverture/extension est en contradiction avec la règle des 3R (Réduction, Raffinement, Remplacement) confirmée par la Directive Européenne 2010/63/EU relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques.
* Les primates Lémuridés, ainsi que la nouvelle famille introduite, les Callithricidés, appartiennent à l’annexe I (CITES) et A (CE) et sont des espèces menacées d’extinction.
* Les objectifs scientifiques ne sont pas fiables : aucune espèce ne peut être prise comme modèle biologique pour une autre. De ce fait, le recours au modèle animal est non seulement contre-productif, mais les effets secondaires des médicaments mettent en danger la vie des citoyens et ont ainsi provoqué en France en 2013 : 140 000 hospitalisations et 13 000 décès avérés (selon les informations données par l’Assurance Maladie).
* De plus en 1997 le Ministère de la Santé avait déjà rejeté un projet d’ouverture d’une structure identique et des mêmes requérants, à Holtzheim (Bas-Rhin), au motif que le primate n’est pas un modèle biomédical pour l’homme.
* C’est aussi un problème éthique inacceptable car rien ne justifie d’infliger de telles souffrances à ces animaux.
* Toutes ces préoccupations ont d’ailleurs fait l’objet d’une « Initiative Citoyenne Européenne » : « Stop Vivisection » qui a recueilli plus de 1,2 millions de signatures.
* Beaucoup de méthodes alternatives issues des progrès de la science sont à notre disposition : (www. proanima. fr) et c’est dans leur développement qu’il faut mettre tous les moyens mobilisables.
* L’élevage se situe tout près d’une zone de captage d’eau, ce qui peut entraîner un risque important de pollution de la nappe phréatique par les traitements vétérinaires, lesmatières organiques, les cadavres d’animaux...
* Parce qu’il y a des risques pour notre santé : en 2008, quatorze macaques  porteurs du virus de l’herpès B mortel pour l’homme ont dû y êtres euthanasiés. Et parce qu’on dilapide l’argent de nos impôts.

Vous remerciant de l’attention que vous porterez à ma requête, je vous prie d’agréer, Madame , Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.


*Pétition*

 
Article de Pro Anima
 
Niederhausbergen 2

En 2013, la capacité d'accueil a été augmenté passant de 500 primates (macaques, lémuriens, et capucins) à 800 spécimens, soit 300 de plus.

Ces primates serviront à l'étude éthologique (ex : mesurer le degré de souffrance d'une mère singe qui est séparé de ses enfants), et à la vivisection.

La vétérinaire en charge de l'élevage précise bien que les primates proviennent de fermes de l'île Maurice (vidéo) et de l'Asie. Des fermes d'élevages qui se procurent les animaux en les captivant en milieu naturel.

Les responsables du centre de primatologie affirment "Il faut avoir démontré qu'on ne peut se passer du primate qui reste le meilleur modèle pour avoir un système intégré complexe. Et pour l'instant, pour ce qui est des maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson, ou les maladies infectieuses, on n'a pas de meilleurs alternatives".

Concernant la maladies d'Alzheimer, l'année dernière (2014), une étude britannique apportait la conclusion que 99,6% des médicaments découverts sont un échec et ne débouchent sur aucun traitements contre la maladies d'Alzheimer échouent lors des essais sur l'espèce humaine après les tests sur animaux.

Les modèles animaux utilisés actuellement sont issus de mutations génétiques artificielles. Ils ne reproduisent pas un véritable Alzheimer, ni le caractère multifactoriel d'une telle pathologie propre à l'espèce concernée (l'humain) responsable du déclenchement de la maladie.

L'initiative Brain étalée sur 10 ans a également pour but de comprendre notre cerveau et de trouver de nombreux traitements curatifs ou préventifs pour les maladies de types Parkinson et Alzheimer.

Dans les laboratoires, les primates sont volontairement rendu malades, infectés par de dangeureux virus ou génétiquement trafiqués.


Primates utilisés* :
(cliquez pour voir la photo)


- 120 Callithrix jacchus (common marmoset)
- 15 Cebus apella (tufted capuchin)
- 12 Cebus capucinus (white-faced capuchin)
- 20 Chlorocebus (vervet)
- 15 Eulemur fulvus (brown lemur)
- 10 Eulemur macaco (black lemur)
- 400 Macaca fascicularis (long-tailed macaque)
- 100 Macaca mulatta (rhesus macaque)
- 20 Macaca tonkeana (Tonkean macaque)

*chiffres de 2010

 
 
Grève de la faim

Jérémy Le Bouter (Animal Destiny) et Christophe Leprêtre (Animavie) entament une grève de la faim à partir du 16 Mai 2015 pour demander la fermeture du centre de primatologie de Niederhausbergen (67).

Vous pouvez suivre nos actions sur le blog

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site