Banniere
Expérimentation Animale (ou vivisection)
 
 
 

Qu'est-ce que la vivisection ?
 
L'expérimentation animale est l'utilisation d'animaux (anesthésiés ou non) pour divers tests, divers expériences et divers "exercices de formation".
 
Tous animaux sont utilisés pour ces expériences : chiens, chats, primates, chèvres, souris, rats, lapins, cochon d'indes, chevaux, ovins, caprins, bovins, oiseaux, reptiles, poissons, cochons (bébés et adultes), etc..
 
Ces expériences sont utilisés pour :
- des produits cosmétiques (rouge à lèvre, vernis à ongle, maquillage, parfum, ...)
- des produits d'hygiènes (rasoir, shampooing, dentifrice, savon, ...)
- des produits ménagers (javel, détachants, lessives, produit vaisselle, ...)
- la médecine
- des armes nucléaires ou bactériologiques, ...
- ou autres comme les peintures, les encres (stylo, tatouage), pesticides, tabacs, ...
 

Les animaux de laboratoire sont des êtres sensibles et conscients, condamnés à une existence faite de souffrances physiques et morales.
Ils sont utilisés comme modèle pour l'homme dans la recherche médicale, pharmaceutique, toxicologique, cosmétique et agroalimentaire.
Pourtant, de plus en plus de chercheurs (Antidote Europe, Pro Anima, PRCM...) affirment que le modèle animal n'est pas pertinent pour nous car aucune espèce n'est un modèle biologique pour une autre. Ces scientifiques préconisent l'utilisation de méthodes dites substitutives ; bio-informatique, microdosage, toxicogénomique, culture cellulaires, IRM, etc.
Malheureusement, ces animaux sont considérés comme du matériel, la prise en compte de leur sensibilité passe après le taux de croissance des entreprises, aussi, certains vivisecteurs et leurs commanditaires bénéficient d'intarissables subventions et de notoriété. Les tests sur les animaux sont rendus obligatoires par la loi pour la commercialisation des produits chimiques et des médicaments, et ce, malgré la non pertinence des résultats pour l'homme. Ces tests masquent d'éventuels effets indésirables.
Par exemple, en toxicologie, le taux de prédictivité sur les souris et les rats est de 65% maximum alors que le programme Valitox (cultures cellulaires humaines) est de 82%.




Quelques tortures infligées

- Privation d'oxygène, de sommeil, afin de créer de l'anxiété, de l'agressivité, de la folie, des convulsions, de l'hypertension...
- Transplantation, greffe de têtes, d'organes, décharges électriques, tumeurs provoquées...
- Ablation de nerfs, absorption de drogues, d'alcool, noyade forcée, essais de gaz toxiques, expériences sur les cerveaux...
- Manipulation génétique, production de monstres en embryologie...
- Injection de nicotine, animaux ligotés devant des cigarettes se consumant ou relié directement à des tubes qui leur font artificiellement consommer la cigarette...
- Etc.


- Injection d'une maladie sur laquelle les scientifiques recherchent un remède.
- Les primates sont trépanés pour une recherche sur une maladie comme Alzheimer ou Parkinson.
- Pour mesurer la toxicité des pesticides, des chiens (beagles) reçoivent de l'insecticide par vaporisation dans les voies respiratoires pour voir comment leur organisme réagit, pour voir ce que cela va provoquer comme effets nocifs, que ce soit au niveau cutané mais également interne.

 
 
Exemples de tests dans les laboratoires de vivisections, ces tests sont encore pratiqués aujourd'hui
Attention, ces vidéos peuvent hurter la sensibilité.
 
 
 
Le test de Draize :
 
Lapin test de draizeTest de draise
 
Le test de Draize est l'un des tests les plus douloureux de l'expérimentation animale. Le lapin est fréquemment utilisé pour ce test, en effet, il ne sécrète pas de larmes, ce qui rend impossible l'expulsion du produit irritant. Pour mesurer le degré d'irritation des cosmétiques ou des substances chimiques à l'intérieur de l'oeil, la tête du lapin est emprisonné dans un carcan où ses yeux sont maintenus ouverts en permanence avec des pinces en métal. On verse ensuite, dans l'oeil de l'animal, des gouttes du produit chimique entrant dans la fabrication du shampoing ou autre produit de beauté afin d'observer la gravité des lésions oculaires (irritation de la cornée, perforation de l'oeil, brûlure, etc.). Le test de Draize est également à la base d'essais mesurant l'ensemble des produits qu'un être humain peut amener à utiliser comme les produits ménagers, de jardinage, les herbicides, et autres produits chimiques.
 
 

Les tests de toxine botulique :
 
vivisectionbotox
La toxine botulique est utilisée en médecine et en cosmétologie. Une injection de cette substance suffit pour que les rides faciales disparaissent pendant des mois. Mais l'Union Européenne exige que chaque lot de produit utilisé en cosmétologie soit testé sur les animaux. Il existe plusieurs types de toxine botulique, répertoriées par lettre (A, B, C, D...) suivant leur utilisation. Dû à son extrême dangerosité, tous les lots de toxine botulique A (celle utilisée en cosmétologie) sortant des usines de fabrication doivent être testés en laboratoire pour en contrôler la puissance. On injecte donc différentes doses du poison dans l'abdomen des souris. Le but est de déterminer celle qui provoque exactement la mort de la moitié des souris utilisées pour le test (méthode appelée DL50, pour "Dose Létale 50" tuant 50% des animaux).
Ces souris sont alors soumises à de terribles souffrances entraînant des paralysies, des troubles de la vision et des détresses respiratoires. Après 3 à 4 jours d'agonie, elles meurent par suffocation.
Au moins 100 souris sont ainsi torturées pour chaque lot de toxine botulique utilisée en cosmétologie.

 


Le chimpanzé :
chimpanzé2
Chaque année, 10 000 singes (de toutes espèces) sont utilisés dans les laboratoires en Europe, dont 3 500 en France.

Le génome humain et celui du chimpanzé sont similaires à 98,76%,
ce qui fait de lui notre cousin le plus proche.
Il faut savoir que le génome humain comporte plusieurs milliards de bases et qu'une seule base différente peut provoquer des effets biologiques spectaculaires (ex: hémophilie). Alors, imaginez les différences potentielles lorsque 1,24% des bases, soit plusieurs dizaines de millions, diffèrent.

Le chimpanzé est beaucoup utilisé dans l'expérimentation animale, notamment pour les recherches sur les maladies de l'Alzheimer ou de Parkinson.
Cependant le chimpanzé est immunisé contre le VIH/SIDA, l'Hépatite B, et la Malaria.

Les maladies virales offrent un exemple clair du contraire : infecté par le virus du sida, le chimpanzé n'est pas affecté ; infecté par le virus de l'hépatite B, il peut développer une hépatite bénigne qui n'évolue pas, comme souvent chez nous, vers la cirrhose et le cancer du foie ; infecté par le virus Ebola, il meurt de fièvre hémorragique comme nous. Comment espérer trouver une solution thérapeutique pour nous en étudiant un organisme qui se comporte, aléatoirement, aussi bien comme le nôtre, que de façon différente ou totalement opposée ?

 


Quelques chiffres :
 
24/24h, des animaux sont utilisés dans les laboratoires
 
- 1 animal meurt torturé toutes les 12 secondes en France
- 1 animal meurt torturé toutes les 3 secondes en Europe
- 25 animaux (minimum) meurent torturés toutes les 3 secondes dans le monde
- 800 millions d'animaux meurt chaque année dans le monde.

2001, le nombre d’animaux utilisés pour l’expérimentation animale en France se chiffre à 2 212 294 vertébrés !
Ce sont les souris et les rats qui payent le plus lourd tribu avec respectivement 1 370 293 et 471 204 animaux tués par an. Mais il y a aussi 5516 chiens, 1383 chats et 53 545 lapins de sacrifiés par an. Ces chiffres ne seraient toutefois pas complets, et seraient largement sous-estimés. Paradoxalement, alors que les laboratoires privés représentent la plus faible proportion des laboratoires (23 %), ce sont eux qui ont le plus recours à l’expérimentation animale avec 1 972 028 animaux tués. Les 637 289 autres sont utilisés par les laboratoires publics.


Les nouvelles données, disponibles depuis 2005, montrent que sur l’ensemble des 27 Etats concernés un peu moins de 12 Millions d’animaux ont été utilisés soit une baisse peu signifiante puisque le chiffre de 2005 faisait état de 12,1 Millions.


Les mauvais élèves en termes de chiffre sont :

- La France, avec 2 328 380 animaux.
- Le Royaume-Uni avec 2 266 884 animaux.
- L'Allemagne avec 2 021 782 animaux.

Ces 3 pays présentent tous des chiffres en hausse.

Cependant les hausses les plus alarmantes concernent l’Ireland et l’Estonie avec, respectivement une hausse de 197% et 610% !
Les victimes sont des chats (4000), des chiens (21 000), des cochons (92 000), des lapins (330 000) et 9 500 000 rongeurs.
Notons encore 9000 primates dont certains prélevés directement en milieu sauvage…


Pro Anima est déçu par cette baisse trop modeste du nombre de victimes animales par rapport à 2005 (12,1 millions...). Une inquiétude également, car des tests particulièrement cruels comme la dose létale 50* ont encore eu cours en 2008 faisant plus de 300 000 victimes incluant des chiens.




Quelques exemples des différences qui distinguent les espèces vivantes les unes des autres :
 
 
- L'aspirine est le médicament le plus utilisé au monde, pourtant il s'avère mortel pour 99% de toute espèces animale. Par chance, cette substance fut découverte avant que l'expérimentation animale n'entre en vigueur, car si la condition de sa mise en vente avait été les résultats qu'elle donne sur les animaux, les chercheurs auraient tout simplement privé l'humanité de son médicament le plus utile.
 
- Un mouton peut ingurgiter autant d'arsenic qu'il le souhaite sans subir aucune conséquence; pourtant il s'agissait jadis du poison préféré des assassins.
 
- Le persil tue un perroquet, une poignée d'amandes peut tuer un renard, le jus de citron est fatal au chat, le chocolat, l'oignon et les raisins sont nocif (voir mortel) pour les chiens.

- le lapin, la limace et les écureuils peuvent manger de l'
Amanite Phalloïde
 
- La morphine, qui calme et endors l'homme, met en  folle agitation les rats et les chats, alors que la pénicilline s'avère mortelle pour le cochon d'inde. Ces trois animaux sont parmi les plus utilisés en laboratoire.
 
- Depuis près de 120 ans, des chats, des chiens, des hamsters, des cochons-d'inde, des lapins, des moutons, des singes et d'autres, sont soumis à l'épreuve de tabac continu, c'est à dire qu'ils sont contraints de fumer entre 6 et 10 heures par jours, et entre 5 et 7 jours par semaine selon les laboratoires. Ces animaux sont bloqués par le cou et endossent des masques qui leur envoient constamment de la fumée de cigarette dans les bronches. A la différence de l'homme, jamais un seul de ces animaux n'a développé de tumeur au poumon.

- Une dose d'opium qui serait mortelle pour l'Homme est sans danger pour le chier.

- Dans les années 60, l'inhalateur Isoproterenol tua 3 500 asthmatiques à travers le monde. Ce produit cause des lésions au coeur chez les rats mais non chez les chiens ou les cochons, et les chats peuvent supporter des doses 175 fois plus élevées qu'un asthmatique avant succomber.

- La Pénicilline s'avère mortelle pour le cochon d'inde.

- Oraflex, sensé guérir les rats d'une forme d'arthrite, lorsque prescrit aux humains, causa 3 500 effets secondaires graves, ainsi que la mort de 61 personnes.

- Le Phenformine prescrit aux diabétiques tua 16 000 personnes avant que la compagnie Ciba-Geigy le retire du marché.

- Le Phanagétine, analgésique entrant dans la composition de 200 spécialités (ex : La Veganine) destinés à combattre la grippe, la fièvre et les douleurs, provoque le blocage et la destruction des reins, ainsi que des tumeurs rénales.

- La Réserpine, utilisée contre l'hypertension artérielle, multiplie par trois les risques du cancer du sein et est un facteur important dans les cancers du cerveau, du pancréas, du col de l'utérus et des ovaires.

- La Thalidomide fut testée sur des milliers d'animaux et prônée inoffensive. Résultat, des milliers d'enfants nés avec des malformations graves en ont payés le prix.

 
 
- L'open, médicament utilisé pour essayer de soulager la vie des handicapés moteur, a causé de multiples morts d'humains avant d'être retiré du marché. Il avait pourtant été vérifié sur les animaux.

- Omeprazol, un médicament prescrit pour les ulcères, s'avère cancérigène pour les rats.

- Le Fenclozic, médicament contre l'arthrite, fut jugé inoffensif sur les souris, les rats, les chiens et les singes, mais cause des dommages au foie de l'humain.

- L'Uréthane, utilisé jadis contre la leucémie (cancer du sang) s'est avéré capable de provoquer le cancer du foie, des poumons et de la moelle.

- L'Isoniazide et l'Iproniazide, antibiotiques utilisés contre la tuberculose, provoque la nécrose du foie.

- Le Phénindione (anticoagulant censé empêcher la formation de caillot dans le sang) provoque des atteintes rénales et hépatiques, l'agranulocytose (maladie souvent mortelle du sang) et des pancréatites aigües.

- Le médicament Tomoxifen de la compagnie ICI est prescrit pour prévenir la récurrence du cancer du sein chez les femmes traitées pour cette maladie. En laboratoire, lorsqu'administré aux rongeurs, il donne le cancer des gonades chez la souris et le cancer du foie aux rats.



Plus d'informations :

* Le Tabac
* Les médicaments et vaccins
* Les alternatives à l'expérimentation animale


 
 
 
 
Comment reconnaître les produits non-testés sur les animaux ?

Il existe des labels que l'on peut trouver sur certains produits non testés sur les animaux de laboratoires, ces labels sont ci-dessous, sur d'autres produits, vous pouvez cependant trouver "non testé sur les animaux".
Attention : la mention "produit fini non testé sur les animaux" indique que seules les matières premières entrant dans la composition du produit ont été testé sur les animaux.

 
Liste des labels et des logos concernant les produits testés sur animaux

Voir la liste des marques testant sur les animaux de laboratoires (liste non exhaustive)
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site